Il affirme qu'avec la psychanalyse « on a là une science de la complexité de l'action humaine », dont la méthode est essentiellement fondée sur l'association libre[37]. Cet exemple est considéré comme représentatif par les critiques quant au manque de rigueur de Freud face aux faits. La nécessité de payer les séances en liquide est considérée par certains critiques de la psychanalyse comme un indice de la vénalité des psychanalystes. Chaque homme, lorsqu’il ne petit accomplir effectivement ses instincts, les satisfait imaginativement dans une sorte d’existence idéale, dont le désaccord avec le … Mais, en réalité, ce qui manque à l'argument de Jean Laplanche c'est le fait qui si l'on peut trouver de nombreuses assertions freudiennes ou de la psychanalyse qui soient réfutables, l'on peut trouver aussi des assertions réfutables dans les propos ou les écrits de n'importe quel individu, sans pour autant que cela fasse de lui un "scientifique", parce que la réfutabilité dont parle Jean Laplanche, au sujet de Sigmund Freud, n'est en rien au niveau des exigences de la réfutabilité scientifique envisagée par Karl Popper, laquelle exige trois conditions, toutes chronologiquement nécessaires, mais non suffisantes : la réfutabilité logique, puis empirique, puis méthodologique.[réf. Mais il serait excessif d’y voir une fonction psychologique systématique, sorte de Providence inconsciente. La psychanalyse a tenté à plusieurs reprises de combler le fossé qu’elle avait dû creuser entre les psychonévroses et les maladies organiques pour expliquer le délire jaloux, par exemple, ne dit-elle pas que, “l’alcool annule les sublimations” ? — Karl Popper, Le Réalisme et la Science, éd. Mais en excluant de façon aussi explicite le hasard au niveau d'une causalité inconsciente, Freud exclut aussi, logiquement, toute erreur de calcul que puisse faire l'inconscient, perspective invalidée par Karl Popper. Notre pensée consciente ne constitue qu'une petite partie dans le travail des obscures forces psychiques. Le travail du rêve consisterait, pour lui, à associer des souvenirs récents, dans ce qu’ils ont de commun principalement, avec beaucoup d’autres souvenirs - infantiles en particulier - et les excitations agissant sur la cœnesthésie du dormeur. Il écrit, dans Introduction à la psychanalyse, première partie, « Les actes manqués »[105] : « La conversation qui constitue le traitement analytique ne supporte pas d'auditeurs ; elle ne se prête pas à la démonstration. Selon ces historiens, toute l'invention de la psychanalyse débute donc par un mensonge. on assiste à une montée de critiques à caractère moral basées sur la personne de Freud (il aurait été un « menteur », un « charlatan », un cocaïnomane) et sur ce que cela implique en termes de validité scientifique. » Mais, selon lui, ce que dit la psychanalyse ne pourrait être du même ordre que ce que nous apprend la physique, la chimie ou la biologie, et ce, contrairement à ce qu'avait toujours affirmé Freud. D'autres critiques, comme celles de Ian Hacking, portent sur « la fragilité du concept de mémoire », fruit d'une longue construction historique, et donc par extension, du concept d'inconscient. Il a exposé ses conceptions sur les névroses et sur la psychologie en général dans deux travaux, parmi lesquels je signale : Les problèmes fondamentaux de la Psychologie médicale (Berne, B. Bircher, éditeur, 19’22), qui tend à établir l’insuffisance du mécanisme en médecine mentale. Les thèses de Freud ont pu parfois provoquer l'opposition de scientifiques, médecins, philosophes et psychologues de son temps[9]. Dans une deuxième partie, nous verrons que ce refus du religieux appelle l’élaboration d’une éthique de la - Bref, alors que notre principe médical vis-à-vis des obsédés, comme vis-à-vis des neurasthéniques, est celui-ci : “Pas d’auto-analyse ! Associée à la théorie des trois phases (primaire, secondaire et tertiaire) de Kuznets, la théorie des étapes de la croissance. La maladie a pour but de compenser la réalité en créant un idéal d’imagination auquel le sujet cherche à s’adapter, ou de prémunir la personnalité exigeante et égotiste du malade contre la dépréciation qui résulterait d’entreprises non réussies. Si puissant que puisse être l’instinct de reproduction, il est, cependant, précédé et dominé par l’instinct de conservation. Nous n’allons pas énumérer toutes les réminiscences de la psychologie classique qu’on peut découvrir dans les acquisitions de la Psychanalyse. Et qu'est-il apparu ? La critique s'est également portée sur les prétentions scientifiques de la psychanalyse. Freud reconnaît ainsi, en une certaine mesure, la justesse de l’ancienne expérience proclamant la guérison par la confiance, par la suggestion médicale. Il croit, avec certains auteurs, qu’il y a, à Vienne, une atmosphère sexuelle spéciale, une sorte de génie (ou démon) local, qui règne épidémiquement sur la population ; c’est pourquoi celle-ci accorde une grande importance aux questions relatives à la sexualité. disponible à prix bas grâce à de nombreuses réductions, aussi bien du côté du neuf que de l'occasion. Similar Items. Une telle doctrine est, en effet, construite avec des notions dépourvues de toute existence démontrée, avec des mots qui se suffisent à eux-mêmes, avec des conceptions purement mystiques comparables à celles des Anciens : " fluides, essences, entités ". Sans doute, ce que nous savons de la psychologie du témoignage doit nous rendre très sceptiques à l’égard des renseignements qu’un sujet examiné nous fournit ; la mythoplasticité (Dupré) du cerveau de ce sujet peut s’adapter insensiblement à certaines expectations, dont nos recherches ne sont jamais exemptes. C'est pourquoi tout changement de point de vue entraîne un changement dans l'aspect typique. En un mot, le complexe refoulé et qui déborde ne produit pas le délire : il le colore, lui donne son aspect subjectif son contenu. Pourquoi, par exemple, de deux sujets qui refoulent les mêmes complexes, l’un restera-t-il normal et l’autre deviendra-t-il névropathe ? Les enjeux de la notion – une première définition . La névrose n’est pas, pour la psychanalyse, l’effet d’une perturbation vitale, de même que la décomposition d’un corps est l’effet de réactions chimiques ; c’est un moyen d’échapper à une réalité trop pénible. Ces auteurs, comme de nombreux autres, démontrent ainsi qu'il devient impossible de détacher les conceptions déterministes de Freud de ce qui fonde sa pratique thérapeutique.[réf. Pour les détails sur les différentes positions concernant le rêve et son interprétation voir. Freud manifesta toujours une hostilité, sinon au marxisme, du moins au communisme et surtout aux freudo-marxistes et aux surréalistes. voie nouvelle en psychanalyse : une critique de la théorie freudienne. A short summary of this paper. nécessaire], L'erreur fondamentale de Freud serait d'avoir fondé un apriorisme absolu en excluant le hasard et le non-sens au niveau du déterminisme psychique inconscient. nécessaire], « Le mode d’organisation est à mi-chemin entre celui des sectes, des églises et corporations, ce qui engendre un coût psychologique écrasant : conformisme, croyance et discours clos[107]. Mais c'est le type d'association qui est néfaste. Le danger du “délire à deux” existe, c’est vrai, mais l’excès de prudence a ses inconvénients ; la méfiance qui en résulte nous prive des moyens principaux pour pénétrer l’expérience émotive des sujets. ». Pour Freud tout est sexuel, non seulement l’attrait d’un individu vers un autre individu du sexe opposé, niais encore tout ce qui est instinct, émotion, affectivité, tout ce que les philosophes nomment élan vital, volonté de vivre, volonté de puissance. Ses critiques, qui ne remettent pas en cause l'existence de l'inconscient, ni la sexualité infantile, portent sur trois points principaux : « Ainsi la méthode psychanalytique attend encore sa véritable application pratique, et l'on peut seulement dire que cette application doit concrétiser dans la réalité et dans la pratique les immenses apports théoriques de valeur que renferme cette théorie[115]. Mais la maladie est l’œuvre de multiples facteurs auxquels s’associent le refoulement et le transfert de l’énergie affective dans l’inconscient. Ce n’est pas parce qu’il ne parvient pas à l’acte, c’est pour ne pas y parvenir que le malade se met à douter ou à s’émouvoir des choses. ». En conséquence, il refoule dans son inconscient tous les souvenirs que lui rappellent ses échecs. L'esprit est la conséquence des interactions dynamiques entre le cerveau, le corps et l'environnement. Weininger prétend que la moitié des femmes sont des prostituées et Freud nous apprend que, dans plus de la moitié des cas de névrose qu’il a traités par la psychanalyse, les pères de ces malades étaient syphilitiques, de sorte qu’il en est arrivé à considérer la constitution sexuelle anormale de ses névrosés comme le dernier reliquat d’une hérédité syphilitique. Les engagements ontologiques déterministes de Freud constituent donc le fil directeur de toute la doctrine. », dans, « Bref, on croit en Freud comme on croit dans les Évangiles. Cette idée de la lutte éternelle de l’instinct du moi et de l’instinct de l’espèce est nettement mystique ; elle se retrouve à l’origine de la plupart des religions et c’est là une preuve de la tendance mystique de la Psychanalyse, qui doit être jugée elle-même comme ces œuvres d’art qu’elle a l’ambition d’expliquer ; elle est même un symbole et la pensée de ses auteurs reproduit les errements constitutionnels de l’esprit humain, qui ne peut pas s’empêcher, lorsqu’il abandonne la voie modeste mais sûre de l’enquête scientifique, d’obéir à l’éternelle illusion anthropocentrique et d’apercevoir le monde à son image. Elle est une technique d'analyse du psychisme et permet donc d'acceder à l'inconscient des individus. Freud considère le trouble sexuel, par exemple une satisfaction génitale insuffisante, comme le fait primitif, résultant des circonstances extérieures ou de la conduite volontaire du malade, et il admet que c’est cette insuffisance accidentelle des satisfactions génitales qui détermine de toutes pièces la névrose considérée comme postérieure. du service de presse. Comme l'écrivent Bouveresse et Sulloway, seule une telle version du déterminisme pouvait permettre à Freud de prétendre investiguer des associations libres et de n'entrevoir que des causes exclusivement psychiques des névroses ou des psychoses.[réf. 1 … 4 - Introduction 5 - Le concept de l’inconscient chez Freud 6 - Le problème de la démonstration de l’inconscient chez Freud 7 - Conscience et monde. La critique de la psychanalyse freudienne se confond partiellement avec la critique de Freud. » Pour Pracontal, on peut soutenir que « la théorie psychanalytique est une théorie interprétative, qui permet de donner du sens à des comportements subjectifs », et que « l'expérience montre que trouver un sens aux événements de sa vie peut aider à se sentir mieux, ou moins mal. Parmi ces facteurs étiologiques, un des plus importants paraît être, disent Dupré et Trepsat, l’émotivité constitutionnelle. Pour Hobson, la théorie de Freud sur le rêve n’est donc que « spéculative et a priori », ne reposant sur « aucune preuve expérimentale » fondée sur des tests, d’autant que la théorie freudienne, ajoute Hobson, « n’est pas construite selon une logique qui la rende susceptible de vérification expérimentale », précisant « que les psychanalystes n’ont jamais défini quelle sorte de preuve pourrait infirmer leur théorie », ce qui serait le cas, pour la théorie des rêves, depuis presque quatre-vingt-dix ans[79]. Il est donc impossible d'observer l'inconscient et de démontrer son existence. Check out La théorie de l'inconscient dynamique by Luc Ferry on Amazon Music. l'élaboration de la psychanalyse en tant que méthode d'exploration du fonctionnement psychique avec ses principaux concepts ; l'évolution ultérieure de la théorie et de la pratique ; l'un théorique comme connaissance du psychisme, centrée sur le déterminisme psychique inconscient ; l'autre pratique, en filiation directe avec la théorie, comme thérapie ou clinique. Cette simplification apparente crée cependant de grandes difficultés. D'après Karl Popper, et aussi Jacques Bouveresse[63], aucun déterminisme de ce type, ne peut en réalité, permettre à la psychanalyse ou même à tout autre doctrine de réaliser les objectifs qu'elle se donne que ce soit sur le plan théorique, ou thérapeutique. ». Mais ces auteurs ne voient, là où les psychanalystes affirment l’existence d’une activité systématique et finaliste, que des reviviscences, des reproductions de lambeaux de vie éveillée ou normale, lesquels, s’exprimant à l’aide de simples éléments sensoriels plus ou moins dissociés les uns des autres, constituent une pensée primitive, une reproduction malhabile et incomplète des modes de penser de l’homme lucide. L'argument du complot, et de la « conspiration », revient aussi de façon récurrente dans les discours et les écrits des défenseurs de la psychanalyse,[réf. Néanmoins la psychanalyse a guéri un certain nombre de malades, mais son action est certainement complexe. Vous pouvez seulement en entendre parler et, au sens le plus rigoureux du mot, vous ne pourrez connaître la psychanalyse que par ouï-dire. Créon, successeur de Laïus, avait promis le trône et la main de Jocaste à celui qui délivrerait le pays du sphinx : Œdipe ayant deviné l’énigme devint roi et épousa sa mère sans la connaître. 2e version de la dissertation : Critiques de la théorie freudienne. Il est une activité psychique amputée du réel, fonctionnant à vide en dehors des cadres primordiaux de l’espace et du temps. L’inconscient . Il en va de même pour les thérapies béhavioristes, dernières nées. Asiatische Studien/Études Asiatiques, 2001. Quant à Mélanie Klein, elle réfute ces critiques et reproche à sa rivale de n'être pas freudienne. Lorsque des ordres sont donnés à un sujet hypnotisé et qu'il s'y soumet après son réveil, c'est bien la preuve que la parole du médecin a mis en branle un certain nombre de mécanismes sans que le malade en sache rien. Hobson accuse Freud d'avoir non seulement fait table rase des travaux des chercheurs de sa génération, mais aussi de les avoir systématiquement discrédités pour mieux imposer son point de vue comme étant le seul valide[75]. Add tags for "L'Accumulation à l'échelle mondiale : critique de la théorie du sous-développement.". Freud dit que les propriétés essentielles de l'inconscient sont le refoulement (opération par laquelle le sujet cherche à repousser ou à maintenir dans l'inconscient des représentations (pensées, images, souvenirs, liées à une pulsion) et la pulsion (processus dynamique consistant dans une poussée -charge énergétique, facteur de motricité- qui fait tendre l'organisme vers un … Pour Castel, le déterminisme tel que l'a envisagé Freud n'a ainsi plus « aucune valeur explicative dans le réel », puisque, selon ses termes il se métamorphoserait en « principe métaphysique » (Castel). Pour la majorité de ces intellectuels, il est indiscutable que Freud a tenté de s'inscrire dans la mode déterministe de son époque mais en choisissant une version du déterminisme qui outrepasse les réelles possibilités de tout projet scientifique.[réf. Bien plus : il fait appel à plusieurs causes, à une multiple motivation, pour rendre compte d'un phénomène psychique, alors que d'habitude on se déclare satisfait avec une seule cause pour chaque phénomène psychologique », « Tout au long de son existence, Anna se montrera hostile à l'idée que les homosexuels puissent pratiquer la psychanalyse. Les critiques de Freud et de la psychanalyse furent jusqu'à aujourd'hui extrêmement nombreuses et variées. Des scientifiques comme J. Allan Hobson[n 4], auteur de nombreux travaux neuro-scientifiques sur les mécanismes du rêve, travaux qui démontreraient l'effondrement de la théorie freudienne[41], précise que le problème de la méthode freudienne, c'est son caractère subjectif, opérant depuis les origines en dehors de tout contrôle indépendant, n'ayant jamais fournit aucune étude quantitative ni même aucun test qui puisse être reproductible de façon systématique[42]. Non seulement les adversaires du freudisme se sont élevés contre le rôle exagéré du sexualisme, mais aussi des élèves tels que Adler, Jung, etc. Nous avons pris pour guide, dans notre exposition, les objections et les critiques formulées par Régis et Hesnard et par Janet. Download PDF. Nous continuons à voir comment s'est mise en place la théorie de l'appareil psychique. nécessaire]. ». 113, 115, 462. ». Bien des documents (lettres, notes, minutes…) ont été détruits par Freud lui-même ou par sa fille aînée (Anna Freud), caviardés, ou soustraits délibérément à l'investigation d'historiens indépendants, et pour des années comme une partie des archives freudiennes conservées à la bibliothèque du Congrès à Washington.[réf. La théorie de l'inconscient qu'a formulée Sigmund Freud a supposé un événement marquant pour l'histoire de la psychologie. On peut faire des objections du même ordre à l’intervention du refoulement dans la genèse des lapsus, des actes manqués. Est-ce bien elle qui, dans le traitement psychanalytique, amène la guérison ou, tout simplement et pour la plus large part, la docilité affective du malade vis-à-vis de son médecin ? Ces disciples convaincus de Freud ont apporté, dans l’exégèse des phénomènes psychologiques, plus de fantaisie que d’esprit critique, de sorte qu’ils ont enveloppé d’une atmosphère mystique la doctrine freudienne. L’épistémologie de Popper précise que les objets d’une recherche, quels qu’ils soient, ne peuvent être observés, décrits, ou prédits que sur la base de termes et d’énoncés universels a priori, dont ils dépendent pour formuler des hypothèses ; que ce sont toujours eux qu’il faut tester, et que logiquement, seuls les tests indépendants et dont la valeur intersubjective peut-être contrôlée par d’autres chercheurs peuvent acquérir une valeur scientifique. Il semble dès lors impossible à une psychologie, à une sociologie, quelles qu'elles soient, ou à tout autre espèce de science, de venir à bout de l'individuel ; une science sans point de vue général est impossible[38]. Un type fréquent en est le complexe dit d’Œdipe : amour passionné du fils pour la mère avec haine inconsciente du père. Pays en voie de développement -- Conditions économiques. De plus en plus d'analyses et de recherches publiées à orientations historiques et épistémologiques mais aussi thérapeutiques[101], remettent en question les résultats et la validité des méthodes employées par Freud, ses effets thérapeutiques, mais aussi, la probité scientifique et morale de celui-ci. Le Béhaviorisme, concept d'origine américaine, né de John Broadus Watson, s'est toujours opposé à la psychanalyse et il a trouvé l'appoint du cognitivisme. Il reste accessible sur le site de l'INSERM[104]. Bien qu’il ait modifié son approche, Lacan est resté fidèle à la psychanalyse structuraliste freudienne. La pratique de la psychanalyse n'a pas disparu sous le régime nazi. Si Freud s’était borné à rassembler des faits, à les coordonner et à les interpréter d’une manière judicieuse, la Psychanalyse resterait certainement debout. la psychanalyse donne une place trop exclusive à l'inconscient : ne pas prendre en compte les éléments conscients dans l'expérience vécue entraîne à négliger l'activité sociale ; la psychanalyse donne trop d'importance explicative à la structure des conflits de l'enfance : ne pas prendre en compte les événements ultérieurs dans la biographie de la personne empêche de comprendre l'articulation, éventuelle, des conflits actuels et de leurs sources avec les conflits qui se sont déroulés dans l'enfance ; la psychanalyse réduit trop toutes les manifestations psychiques à la sexualité. VI- LA THÉORIE PSYCHANALYTIQUE FREUDIENNE La psychanalyse permet à chacun d'entre nous d'accéder, et accepter la double différence : des sexes et des générations. Ce groupe de Freud scholars comprend des chercheurs et des polémistes issus d'horizons différents et qui appliquent à la psychanalyse des critiques historiques, épistémologiques et thérapeutiques. Aussi des médecins et des psychanalystes éminents se sont élevés contre une pareille investigation, indiscrète et souvent dangereuse : “Je prétends, dit Forel, que Freud, en exagérant énormément cette cause de maux nerveux (la réminiscence traumatique) et surtout en la généralisant aux cas où le malade ne se souvient de rien, suggère lui-même le plus souvent à ses malades toutes sortes de choses plus nuisibles qu’utiles surtout dans le domaine sexuel.”. La scientificité de la psychanalyse a été vivement contestée, en particulier, en raison : La psychanalyse est d’ailleurs une des disciplines que conteste la zététique[31] par, en grande partie, la critique épistémologique. Télécharger le document LA THÉORIE FREUDIENNE. Freud raconte qu’un président de séance, au lieu de prononcer la formule d’ouverture habituelle, se met à dire « je déclare la séance close ». Loewenfeld pense que c’est un singulier hasard qui a conduit chez Freud des malades qui présentent uniquement cette étiologie spéciale. Pierre-Henri Castel, a également remarqué les problèmes liés aux conceptions de Freud sur le déterminisme. Et pendant à peu près un demi-siècle, la communauté psychanalytique a, soit gardé un silence complice sur ces brutalités, soit ignoré celle-ci par adoration aveugle[102]. La psychanalyse n'a pas toujours fait bon ménage avec la philosophie.[réf. Il est plus que probable que, dans les sociétés primitives, les relations sexuelles étaient souvent de nature incestueuse et ce n’est que plus tard, avec le perfectionnement de la culture morale des individus et de la société, que l’inceste a disparu. Selon Mahony, « Dora », aurait été traumatisée deux fois : par son agresseur, puis par son thérapeute (Freud) : « Sans exagération aucune, le cas, sa publication et l'accueil qu'il a reçu par la suite peuvent être qualifiés d'exemple de perpétuation de sévices sexuels. C’est un travail d’inquisiteur qui peut durer des mois et des années. Concevoir une maladie comme une construction définie, comme une réalité extérieure, comme un phénomène de même nature que l’inconscient réel interne, lequel peut s’y substituer à d’autres réalités, s’y projeter, s’y refléter ; concevoir les imaginations, les “fantaisies” des névropathes comme des objets concrets qui se détachent les uns des autres, s’accrochent à tel ou tel autre système psychique, comme des fragments matériels s’organisent pour former un corps brut ; concevoir l’influence des traces mnésiques inconscientes, sortes de sources latentes ou potentielles d’énergie matérielle, comme une force matérialisable s’exprimant par des effets conscients et tangibles à travers la trame ondoyante et inconsistante de l’idée ; penser que les formes abstraites, idéatives et évoluées de la pensée adulte ne sont que des épanouissements de quelques conflits instinctifs infantiles... n’est-ce pas travestir, sous une terminologie séduisante empruntée aux sciences physico-chimiques, des notions purement philosophiques. Si c'est donc bien l'ensemble des associations verbales, [ou non verbales comme des dessins ou des œuvres d'art] que la psychanalyse se propose d'expliquer à l'aide de ses lois causales strictes, en tant que ces associations seraient appréhendées comme « libres », alors il est nécessaire pour la psychanalyse de disposer d'une théorie fondée sur un tel déterminisme permettant d'appréhender, « a priori et sans aucun risque d'erreur puisqu'elle exclut le hasard », le libre jeu apparemment indéterminé et libre de toutes les associations verbales ou non verbales que peut faire le genre humain. Ainsi, la collaboration de Breuer et Freud prit fin en 1895, la même année où le produit de leur travail était publié sous le titre Études sur l'hystérie . C’est l’opinion, sur bien des points injuste, qui s’est répandue dans le public médical français à propos de la Psychanalyse. », « L'anthropologie, la biologie, la physiologie, la psychologie ont rassemblé des montagnes de matériaux pour ériger devant l'homme dans toute leur ampleur les tâches de son propre perfectionnement corporel et spirituel et de son développement ultérieur. Les deux principaux concepts de la théorie de Mélanie Klein Chapitre 4 partie 2. Ce phénomène consiste dans le fait que le malade reporte sur son médecin un groupe de sentiments psycho-sexuels représentant une réédition fidèle des anciennes formules de son affectivité infantile. De son côté, Karl Popper insiste sur la nécessité, dans le processus de « la logique de la découverte scientifique », que les tests réalisés aient un caractère intersubjectif et reproductible de manière indépendante. Rappelons enfin qu’il parait y avoir de multiples explications d’un lapsus, d’un mot-réaction, d’un acte manqué. Il pense que « Freud était un scientiste relativement dur » (ce reproche de scientisme fut également formulé par Paul Ricœur, théoricien de l'herméneutique)[39]. Pour comprendre en quoi les travaux de Freud constituent une révolution dans la compréhension de l’homme, il faut reconstituer le contexte de ses découvertes, en faisant brièvement une histoire de la notion de maladie mentale. nécessaire] plus de l'hagiographie que de la stricte vérité historique dont la restitution fidèle nécessite travail d'archiviste et de déconstruction comme l'illustre le cas Anna O. que Henri Ellenberger fut le premier à démystifier. « C'est une chose digne de réflexion, une chose utile et nécessaire pour la logique et la métaphysique, d'observer en soi les différents actes de la faculté représentative, lorsqu'on les provoque. D'après Popper[52], toute science vise à la corroboration de lois universelles dont le but est de permettre la prédiction, l'explication, ou la description des phénomènes. Une tribune publiée dans L'Obs et signée par soixante psychiatres et psychologues, « appelle à exclure l’approche freudienne des expertises judiciaires et de l’enseignement à l’université », elle a été initiée par Sophie Robert qui affirme qu'« il est insupportable d’entendre des “experts” judiciaires prétendre que les bébés ont des “intentions” sexuelles, mettre en cause le désir des victimes d’agressions sexuelles, d’inceste ou que des parents d’enfant autistes se voient retirer la garde de leurs enfants au nom de pseudo-expertises ! Des historiens comme Mikkel Borch-Jacobsen et Sonu Shamdasani dans « Le dossier Freud. Les critiques de la psychanalyse[1] portent principalement sur le fait que cette théorie et sa pratique n'ont (et ne peuvent avoir, de par leur nature) aucune démonstration de leurs fondements scientifiques. Dupré et Trepsat pensent que Freud et ses partisans se sont montrés beaucoup trop exclusifs et outranciers en affirmant, notamment, que tout affect refoulé qu’on peut découvrir dans l’étiologie des psychonévroses est d’origine infantile et de nature sexuelle. L'ensemble de l'échafaudage psychanalytique contemporain s’effondre[nonneutre] faute de fondations théoriques et cliniques solides et par le refus de la méthode expérimentale[réf.nécessaire]. voie nouvelle en psychanalyse : une critique de la théorie freudienne. Related Subjects: (3) Pays en développement. La psychanalyse freudienne et ses critiques // œuvre au programme : Cinq leçons sur la psychanalyse La théorie freudienne de l’inconscient (simplifiée, synthétisée, et abstraction faite de ses évolutions chronologiques). Critiques (3), citations, extraits de Introduction à la pensée freudienne de Jean-Pierre Chartier. nécessaire] Pourtant, Popper défend qu’il ne peut y avoir qu’une seule et unique méthode scientifique, procédant à l’aide de tests intersubjectifs, reproductibles et indépendants, par « conjectures et réfutations ». C’est une escroquerie qui tombe juste par rapport à ce qu’est le signifiant… et il suffirait que je connote le S2 non pas d’être second dans le temps mais d’avoir un sens double pour que le S1 prenne sa place et sa place correctement.